Menu de navigation+

Blog

English food.

Publié par le 8 h 46 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

Comme vous avez pu le constater dans la chronique précédente, Un autre ami donne souvent aux personnages l’occasion de partager du temps autour d’un repas, d’un goûter… Le petit-déjeuner par exemple. Précisons que ce que la photo  nous montre est le repas du matin offert aux touristes, ou celui des week-ends ( toast with sausages, beans on toast, scrambled eggs, fried egg….), que les français peuvent consommer en France même, lorsqu’ils décident de s’offrir un brunch, association des mots breakfast et lunch. Les anglais se contentent quotidiennement d’un bol de corn-flakes, éventuellement d’un  morceau de toast, sans oublier le thé. Vraisemblablement ce que prend régulièrement Benny avant d’entamer sa journée de travail. A un moment du récit,  Benny et Sybil, sa compagne, s’occupent du repas de Noël et n’ont pas omis le Christmas pudding de rigueur. Il n’ont pas oublié non plus les Christmas songs dont Jingle bells.( https://www.bing.com/videos/search?q=paroles+jingle+belles&&view=detail&mid=2D3584215E0ADFCD32CF2D3584215E0ADFCD32CF&FORM=VRDGAR) Il y a bien sûr la pâtisserie de Bertrand, lieu d’échanges entre les clients, entre les consommateurs et Bertrand lui-même. Lieu témoin de beaucoup de moments importants de l’intrigue. Lieu sans lequel l’histoire ne serait pas ce qu’elle est. Les repas mentionnés, la nourriture citée, les boissons commandées participent du climat qui s’installe entre les personnages. Les lieux de consommation fixent le cadre du roman, déterminent l’univers dans lequel ils vont se croiser, se prendre d’amitié, s’aimer ou se...

lire plus

Bière, thé et compagnie

Publié par le 12 h 12 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

Il est question de football dans le roman L’AMI ANGLAIS, mais l’ambiance d’un match n’est complète que si on l’associe à celle d’un pub, où les pintes de bière, lager ou stout par exemple, accompagnent les kidney pies, Shepherd’s pies ou autres fish and chips. Rien ne vaut l’ambiance d’un vrai pub anglais en Angleterre même. Pourquoi pas à Brighton, là où vivent nos deux héros ? Il en existe un qui s’appelle The Victory. Qui sait ? Vous serez peut-être assis à la table située à proximité de celle de Benny et Bertrand.   A moins que vous ne préfériez l’ambiance d’un  salon de thé après un après-midi shopping.. Alors , vous aurez le choix entre différents thés accompagnés de scones with  fresh cream and strawberry jam, custard on apple-pie, carrot cake… On peut certes trouver tout cela en France à présent. Mais pour moi, rien ne vaut la vraie tea-room, au milieu d’un brouhaha de conversations en langue anglaise. Vous quitterez l’endroit pour attraper le double-decker bus qui vous remmènera en empruntant la voie de gauche jusqu’à votre bed and breakfast. La propriétaire, ou landlady, vous accueillera peut-être en vous proposant, comme le faisait celle qui me louait l’appartement au-dessus de chez elle, another cuppa, vous donnant ainsi l’occasion de goûter au thé PG que je mentionne dans le roman. Thé noir que l’on trouve communément dans les supermarchés anglais. J’ai souvenir de la bouilloire maintenue en permanence sur une petite flamme de la cuisinière de ma propriétaire, qui s’assurait ainsi de boire du thé chaud à toute heure. C’est peut-être ce qui m’a incitée, au début de mes créations artistiques, à donner naissance à une très grosse théière. J’en ai même rédigé un petit texte il y a plusieurs mois, que cette chronique me permet de faire réapparaître. Il y a quelques années, j’avais la manie du collage. J’imaginais des scènes pour les chambres d’enfants, la cuisine, le jardin… J’utilisais tout ce qui me tombait sous la main : papiers, tissus, morceaux de bois, figurines en laine ou en bois.. Je viens de redécouvrir un  tableau : y figure une énorme théière, comme je les aime, bien rondes. Le thé est une boisson dont je ne peux me passer. Cette habitude héritée de mes nombreux séjours outre -Manche ne s’est jamais perdue depuis l’âge de 15 ans. J’ai souvenir de ma propriétaire d’origine irlandaise, dont la théière était toujours chaude. Je n’avais pas passé le seuil de sa maison où je louais un modeste meublé sous les toits, qu’elle me proposait la potion magique. Et cela autant de fois qu’elle m’apercevait. Il m’arrive souvent d’avoir une pensée émue pour cette dame dont les cheveux étaient déjà très blancs à l’époque, lorsque je mets la bouilloire en route. Ses mots me reviennent alors à l’esprit. — A cuppa tea, Cathy ? Oui, Mrs Lord ! J’aimerais vraiment pouvoir en partager une tasse avec vous. Ce thé avait le goût de mes vingt...

lire plus

Ode à Liverpool

Publié par le 18 h 40 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

J’ai vibré pour la ville de Liverpool, et si vous ne l’avez pas vu lors de sa sortie en 2008 (présenté au Festival de Cannes), je vous suggère de découvrir le film de Terence Davies  » Of Time and the City ». Une ode à la ville de Liverpool. https://www.youtube.com/watch?v=wzhrdNzqu1w ou...

lire plus

Amitié autour du ballon rond

Publié par le 16 h 43 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

Il est fait mention de football dans mon roman. Sans être le sujet principal du récit, il est néanmoins à l’origine de l’amitié qui est au cœur de l’histoire. Les habitants de Liverpool vibrent pour le soccer. La majorité des supporters arborent la couleur rouge de leur club, rivalisant ainsi avec le bleu des supporters d’Everton F.C. Everton est un district de Liverpool, et son club de football est le rival historique du Liverpool F.C. Lorsque les deux clubs se rencontrent, il s’agit du Merseyside derby. Le grand derby régional étant celui qui oppose Liverpool F.C à Manchester United, l’équivalent du derby entre les Verts de St Etienne et l’Olympique Lyonnais Everton F.C a joué autrefois dans le stade mythique d’Anfield, situé à Anfield Road, avant de migrer en 1892 vers son stade actuel : Goodison Park. Je me suis trouvée dans le centre de Liverpool en 1973, l’année où la ville a remporté le Championship, 74ème championnat d’Angleterre. Les gens étaient juchés jusque dans les réverbères pour apercevoir et acclamer leur équipe. C’était une marée humaine rouge. Elle me revient à l’esprit à chaque fois que je contemple la cocarde rouge ornée d’une coupe argentée, souvenir de mon excursion ce jour-là. On peut alors imaginer que Benny et Bertrand arborent leurs écharpes rouges les soirs de match. Et la chanson entonnée par Benny est celle que font entendre les milliers de supporters venus encourager leur équipe. You’ll Never Walk Alone est à l’origine une chanson écrite en 1945 pour la comédie musicale Carousel. Elle est aussi connue pour être l’hymne et la devise de plusieurs clubs de football, surtout britanniques, comme le Liverpool football club. Plusieurs stars de la chanson l’ont chantée à travers le monde, mais à Liverpool elle reste liée au groupe de rock des années 60, originaire de la ville, que je vous laisse découvrir ci-dessous. Il s’agit de Jerry and the pacemakers. https://www.youtube.com/watch?v=lwPiN950yRo Je vous donne également un lien qui vous permettra de réaliser à quel point cette chanson fait vibrer les supporters de Liverpool. https://www.youtube.com/watch?v=KvYADPcqMXY L’histoire du football anglais n’est cependant pas synonyme d’euphorie permanente. Deux événements auxquels je fais référence dans le roman sont venus assombrir la liesse populaire : en premier lieu le drame du Heysel en Belgique, le 29 mai 1985, qui opposait le Liverpool F.C à la Juventus  de Turin. La présence de nombreux hooligans est à l’origine du drame qui fit 39 morts et de nombreux blessés. Il y eut ensuite la tragédie du 15 avril 1989 dans le stade de Hillsborough à Sheffield, avec la mort de 96 personnes et de très nombreux blessés. Les vidéos qui suivent vous permettront de revivre, pour certains d’entre vous, ou de découvrir, pour d’autres, l’ampleur des traumatismes engendrés. Sans doute un de plus pour Benny, qui en avait subis auparavant, et s’apprêtait à en un subir un autre au cours de mon...

lire plus

Another Place

Publié par le 16 h 44 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

Parlons aujourd’hui de la couverture du roman Un autre ami, que je vous ai fait découvrir la semaine dernière : elle montre des statues tournées vers la ligne d’horizon de la mer d’Irlande. Elles forment un groupe d’une centaine de sculptures de taille humaine, moulées dans de la fonte d’après le corps de l’artiste, Antony Gormley. Cela vous donnera peut-être envie d’en découvrir plus au sujet  de cet artiste  né à Londres en 1950, connu également pour son Ange du Nord ( Angel of the North ) à Gateshead, une structure d’acier d’une hauteur de 20 m et d’une envergure de 54 m. Les statues visibles sur la couverture pèsent 650 kg chacune. Elles sont réparties le long de la plage de Crosby située au nord de Liverpool, sur une distance de 3 km, et sur 1km en direction de la mer. Toute ces statues sont regroupées sous le titre Another place (« un autre endroit »). Elles sont installées là de façon permanente depuis 2005, et la marée permet d’en avoir une vision différente, tantôt avec de l’eau jusqu’au cou, ou à mi-torse, tantôt totalement dénudées, les pieds englués dans le sable, une mouette perchée sur le sommet de la tête. Leur présence est énigmatique. Que contemplent-elles ainsi ? Les navires qui vont et viennent ? Qu’attendent-elles ? Qui guettent-elles ? Sont-elles en quête d’un autre lieu où se rendre, ou sont-elles sur le point d’accueillir quelqu’un en provenance d’un ailleurs ? Elles se tiennent là par tous les temps, et portent par endroits les marques des ans qui s’écoulent, reflets de notre condition humaine. Ces vigies immobiles ont un rôle important dans la période de vie de Benny à laquelle s’attache le roman. Peut-être aurait-il dû vivre à un autre endroit lui aussi pour modifier le cours des...

lire plus

Nouvelle aventure

Publié par le 17 h 32 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

Une nouvelle aventure commence. C’est un immense bonheur que de savoir son premier roman sur le point d’être publié. Les EHJ ont accepté mon récit Un autre ami, dont la sortie est prévue  le 22 janvier 2018. Les auteurs de cette maison d’édition doivent savoir ce que j’éprouve. Mes poèmes illustrés par mes peintures ont été publiés, et l’écriture de textes poétiques m’est toujours nécessaire, mais j’aime tout autant écrire de la fiction. Que la maison d’édition HJ m’accorde sa confiance m’enthousiasme au plus haut point. La publication d’Un autre ami est la concrétisation d’un défi que je m’étais lancé : évoquer, à travers mon roman, un pays qui a orienté mon existence en raison de la passion que j’ai nouée très tôt avec sa langue, l’Angleterre. Ses sonorités linguistiques m’ont envoûtée dès la classe de 6ème et ont déterminé le choix de ma profession, puisque j’ai enseigné l’anglais jusqu’à ma retraite. Afin de vous donner envie de découvrir l’histoire d’une amitié entre Bertrand, le Français, et Benny, son ami anglais, j’ai décidé de vous offrir une petite chronique hebdomadaire. Elle illustrera le quotidien de mes personnages et pourra ainsi vous faire partager leur vie, une vie qui m’a replongée dans la mienne : j’ai moi-même vécu en Angleterre pendant une année scolaire en tant qu’assistante de français dans une public school de Kirkby, en périphérie de Liverpool. J’avais vingt ans. J’ai arpenté les rues de Liverpool à maintes occasions, admiré l’embouchure de son fleuve, la Mersey, dont j’ai traversé l’estuaire pour me rendre sur l’autre rive, à Birkenhead. Je revois mon arrivée à la gare, Lime Street Station, comme le fait Benny en compagnie de Bertrand. J’ai également eu la possibilité, avant de me retrouver à Kirkby, de travailler à Bognor Regis, et j’ai visité Brighton plusieurs fois. J’ai vécu à Fazakerley, plus précisément à Longmoor Lane, dans un petit appartement dont la propriétaire était irlandaise, comme dans le roman. Tous les lieux mentionnés dans mon récit me sont familiers, font remonter une multitude de souvenirs. Tous ces noms ring a bell, comme disent les Anglais. Le cheminement des characters est en quelque sorte  un périple à travers ma jeunesse. Un périple qui rend ce roman d’autant plus cher à mon cœur. Un autre ami est, comme son titre l’indique, un roman sur l’amitié, mais aussi l’amour et ses souffrances, physiques ou  morales, qui vous mènera du sud-est au nord-ouest du pays, en compagnie de deux hommes aussi dissemblables physiquement que psychiquement, soudés par des liens qui sont soudainement mis à très rude...

lire plus

Nouvelle page

Publié par le 11 h 04 min dans Actualité et projets | 0 commentaire

J’ai pris la décision d’arrêter les expositions après celle qui se déroule en ce moment au studio Pertinence de Montluel jusqu’au 23 décembre. Acrylique et Vieux Pastels sera encore présent au salon Arnorisere du 18 et 19 novembre, à St Quentin Fallavier. Mais à partir de 2018 je n’exposerai qu’une fois l’an en janvier lors de la manifestation artistique de la Côtière des Arts de mon village, Thil. Je me consacre depuis quelques années à l’écriture, et cette activité demande du temps. Je vais donc ralentir mon autre activité artistique. Peinture et modelage vont être pratiqués moins fréquemment, sans la fatigue physique ressentie lors du déballage et remballage des œuvres, les distances à parcourir qui deviennent angoissantes quand le traitement médical que je suis obligée de prendre m’assoupit parfois. Je continuerai néanmoins à afficher mes créations sur mon site et sur facebok. Voici du reste quelques visages visibles à la galerie Pertinence. Une page se tourne. J’en écris une autre. Le bonheur est là encore au...

lire plus