Menu de navigation+

L’anglais de Liverpool.

Publié le 19 Déc 2017 par dans Actualité et projets | 0 commentaire

Retour sur le passé : à cause de la grande famine qui sévit dans les années 1850, deux millions d’irlandais émigrèrent au dix-neuvième siècle à Liverpool en une décennie. Beaucoup d’entre eux partirent ensuite pour les Etats Unis. En 1851 , plus de 20 % de la population de Liverpool était née en Irlande. De sorte que de nos jours, beaucoup d’habitants de Liverpool, sans être forcément nés sur place, ont des origines irlandaises. Les anglais de souche savent rappeler aux descendants d’irlandais leur défense du patriotisme anglais, notamment le 12 juillet, à travers leurs parades orangistes, comme celle dont je parle dans le roman UN AMI ANGLAIS.200px-Memoriallodge

https://www.youtube.com/watch?v=dj_J-Ojcwa0

Lorsque j’ai séjourné à Liverpool en 1972-73, j’ai logé dans un appartement dont la propriétaire était irlandaise. Elle m’avait encouragée à fréquenter le club irlandais local de Fazarkeley. Je m’en inspire dans mon roman à travers le personnage de l’assistante française de l’école de Benny. J’ai participé aux danses du club, des danses semblables à celles de cette vidéo    http://myweb.tiscali.co.uk/gerry.jones/lcdb.html

J’ai souvenir de l’accent de ma propriétaire, avec le «  th » devenu « d » ou «  t », le « r » final prononcé, le «  r » initial parfois roulé… https://www.youtube.com/watch?v=F4rbRwdzre8

Mais puisque j’aborde le sujet de l’accent, alors que penser de la langue anglaise parlée avec l’accent de Liverpool, le scouse ? Je me souviens de ma déroute au tout début de mon séjour là-bas. J’étais habituée au Queen’s English. Lorsque j’ai dû répondre à la personne qui venait de me céder sa place dans une cabine téléphonique, le sourire fut ma seule façon de converser. Je suis sûre que j’aurais eu toutes les peines du monde à comprendre Benny.

Ecoutez ce qui suit pour mieux concevoir ma gêne.  https://www.bing.com/videos/search?q=accent+scouse+vdeo+&&view=detail&mid=ABBB1065F48DF89820BFABBB1065F48DF89820BF&FORM=VRDGAR

On peut supposer qu’après des années passées à Brighton , l’accent du nord de Benny se soit assoupli. Peut-être a-t-il gardé cette façon de s’adresser aux gens en les appelant love, avec ce son « o » si caractéristique du nord de l’Angleterre, qui donnait l’impression d’être acceptée et appréciée…

Liverpool, la ville dont je conserve sans doute le meilleur souvenir de tous mes séjours outre-Manche. Je vous en offre quelques photos.220px-Fazakerley_Sign[1]

bac-a-travers-le-mersey_19-133042[1]

th[2]

the-beatles-story[1]

 

Commentaires

commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *