Menu de navigation+

Pourquoi écrire?

Publié le 11 Août 2018 par dans Actualité et projets | 0 commentaire

th[3]On peut se demander pourquoi je me suis lancée dans l’écriture, tout en conservant une activité dans les arts plastiques.

La maladie m’a obligée à réorienter ma vie. Tous mes beaux projets se sont envolés. Adieu le vélo, les randonnées pédestres… Je ne pensais pas un jour m’adonner à la peinture, au modelage. Un monde artistique qui me paraissait réservé aux doués en dessin. Dix années se sont écoulées depuis mes premières tentatives. Un univers fantastique s’est offert à moi. Il continue de me faire vibrer.

Mais cela ne me suffisait pas, et je me suis soudain prise de passion pour l’écriture. J’ai toujours aimé écrire, mais de là à  publier des poèmes ou de la fiction… Les poèmes m’ont permis de poser à distance la tristesse  ressentie au moment du décès de ma mère, d’évoquer la nature, le temps qui passe, les souvenirs d’enfance, la mélancolie de certains visages peints… Puis, je suis passée à la fiction, en laissant la poésie ponctuer certains textes.

Cette plongée dans le monde littéraire m’a fait au bout d’un certain temps m’interroger sur la nécessité que je ressentais d’écrire. Oui. Pourquoi écrire ? Pourquoi ne pas m’en tenir à mon journal intime ?

Il y en a pour qui devenir écrivain est une vocation première, ils sont décidés à en faire leur métier, prêts à tous les sacrifices pour y parvenir.

Pour beaucoup d’autres, ce peut être une activité tardive, mise sous le boisseau pendant des années. Ils sont convaincus que leur récit est digne d’intérêt, et ont, au fond d’eux-mêmes, soif de reconnaissance.

Je ne peux nier le plaisir éprouvé à la publication d’un premier recueil, ou roman,  surtout lorsque le logo de la maison d’édition apparaît sur la couverture. Il y a un mélange de fierté, de joie, d’ivresse de la création aboutie, tout comme celle éprouvée lors d’une exposition au cours de laquelle l’une de vos toiles est appréciée. Mais il faut savoir raison garder, et ne pas en déduire que la célébrité est au bout du chemin.

Je pense être assez lucide pour ne pas me glorifier trop facilement d’un manuscrit accepté. Personne ne m’attend dans le monde de la littérature, je laisse simplement une trace de mon passage à ceux que j’aime, tout en satisfaisant mon besoin d’être autre à travers un récit, ce que j’ai rarement pu faire dans la vie quotidienne. M’offrir la possibilité d’être différente, libérer mon imaginaire, laisser s’exprimer la violence, la colère, la sauvagerie toujours maîtrisée. Montrer un autre visage, à l’abri d’une fiction.

Commentaires

commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *