Départ

28 Juil 2015 | Textes et poèmes

Fugitives silhouettes
L’une contre l’autre serrées,
Elles semblent disparaître
Et dans la brume se terrer.
On devine les chagrins,
Leur vie de labeurs et les peines
Dont leurs cœurs sont étreints.
Seul le désespoir les mène
Et les porte toujours plus loin.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé ?

Faites découvrir cette page !