Étrangeté

3 Mar 2016 | Textes et poèmes

Il me revient en mémoire la peinture d’un personnage féminin qui se tient devant nous, les mains dans les poches d’une blouse à carreaux, à côté d’une fenêtre, avec à ses pieds un chat noir. Ce tableau a dû être peint il y a une huitaine d’années. Il fait partie de mes premiers essais à la craie grasse.

« Debout devant une fenêtre que contemple mon chat, je vous regarde sans laisser deviner mes yeux. Vous ne savez pas si je vous souris, si mon visage est empreint de colère ou de tristesse. Et pourtant je vous scrute. Mon corps pourrait être celui d’une enfant vieillie prématurément, ou celui d’une femme à la silhouette encore juvénile. Mon regard invisible vous perce, vous transperce. Le chat vous tourne le dos. Regards inexistants et pourtant présents. »

Sentiment bizarre devant cette scène étrange, où seul le silence se fait entendre.

Cette présence aurait pu évoquer celle fantomatique de certains personnages d’histoires fantastiques telles Le Tour d’écrou d’Henry James.
J’aurais aimé pouvoir m’en assurer, mais le tableau n’est plus. Visage fantomatique devenu inexistant, pourtant encore présent.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé ?

Faites découvrir cette page !