Menu de navigation+

Questionnaire de présentation personnelle.

Publié le 18 Fév 2015 par dans Actualité et projets, Poésie | 1 commentaire

Publié le par litteratureetfrancais

Présentez-vous en quelques mots.

Je suis enseignante d’anglais à la retraite, passionnée par les arts en général, plus spécialement par la peinture et la sculpture, devenues une occupation quotidienne. J’ai monté une association dans ce domaine, « la Côtière des Arts ».

2.    Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis 2 ans de façon assidue.

3.    Que vous apporte l’écriture ?

       Un équilibre et beaucoup de rêve.

  4. Dans quelle condition écrivez-vous ?

Dans une pièce refuge lors de mes nuits trop courtes, assise devant mon ordinateur. Il m’arrive aussi d’écrire dans un petit carnet que je transporte toujours avec moi dès que j’ai un moment d’attente quelque part.

5.Quelle est votre source d’inspiration ?

La nature humaine, la nature tout court.

6. Etes-vous écrivain à part entière ou exercez-vous une profession à coté ? si oui laquelle ? Que vous apporte-t-elle par rapport à votre travail d’écrivain ?

Je n’ai jamais eu l’intention de faire une carrière d’écrivain. La retraite me donne le temps de concrétiser ce qui m’a toujours attirée sans que je le laisse deviner. C’est exactement comme pour la peinture ou la sculpture. Je laisse enfin émerger ce qui était jusqu’à maintenant bien enfoui en moi. L’âge me donne une audace supplémentaire, l’envie d’accomplir des choses avant que tout se termine. Je me lance des défis.

7. Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Un deuxième recueil de poèmes va paraître cette année, j’ai un roman en attente de lecture par le comité de lecture EHJ et d’autres en cours d’écriture.

8.On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

Je n’ai pas de message particulier à faire passer. Mon écriture est instinctive, comme ma peinture. Je pars du principe que personne ne m’attend dans ce domaine ni dans les autres arts pratiqués. Je ne sens pas indispensable, mais écrire l’est devenu, tout comme peindre ou modeler la terre.

9. Comment s’est fait le choix de votre maison d’édition ?

Tout simplement parce que c’est la maison d’édition de ma fille, que je suis très fière de ce qu’elle a entrepris en tant qu’éditrice et écrivain. C’est un bel échange mère-fille. Cela me donne la possibilité de mener l’aventure jusqu’à son terme.. Et  je suis parfaitement sereine quant à l’idée que l’un  de mes manuscrits puisse être refusé par le comité de lecture EHJ, il ne me viendrait pas à l’idée de le contester.

Quelques questions sur vous et la lecture…

1.Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

Mes parents, surtout mon père qui aimait nous lire de la poésie et nous aidait à améliorer nos rédactions.

2.Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

Je n’ai pas d’auteur préféré. De par mes études, j’apprécie les romanciers anglais. Mon mari est un gros lecteur et m’a fait découvrir les romans nordiques et japonais ( Nesbo, Indridasson, Murakami, Ishiguro… )

4. Qu’aimez-vous lire ?    Tout m’intéresse. J’ai l’esprit curieux.

 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

1.Si vous deviez remercier un professeur que vous avez eu : ce serait qui et pourquoi ?

Mon professeur d’anglais de 3ème, qui m’a donné envie de découvrir les écrivains anglais. Elle m’avait conseillé à l’époque de lire en version originale. Je n’ai rien trouvé de mieux que de lire « Qu’elle était verte ma vallée » de Cronin, que j’ai découvert avec un dictionnaire à mes côtés!! Mais cela ne m’a pas rebutée. Je devais vraiment aimer l’anglais! C’est elle aussi qui m’a également fait découvrir la peinture anglaise.

2. Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

Il est inévitable. Je pense que papier et numérique peuvent cohabiter. Je suis une  adepte du papier, j’aime me déplacer au milieu des livres d’une librairie, mais je  ne dénigre absolument pas l’édition numérique.

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

Ce que m’a toujours dit mon père:

Toujours faire les choses avec sérieux, mais ne jamais se prendre au sérieux.

 

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

  1. Catherine, merci de me répondre si vite.
    C’est vrai que la souffrance fait penser, écrire et sans doute peindre. Nous vivons dans un monde formaté où peu de gens abordent ces sujets où les bâclent. Les questions existentielles sont pourtant au cœur de notre vie. La cruauté du monde et les slogans qui la véhiculent me font mal. Sans parler des douleurs personnelles ou familiales qui restent dans l’ordre de l’intime et qui donc restent souvent muettes.
    C’est ce mot que je cherchais. Les visages que je vois dans vos pastels ont quelque chose de muet qui cherche à dire.
    Je vous remercie de votre compliment sur mon livre traduit en espagnol. Cette traduction reflète l’enorme travail que font tous les jours les EHJ. Je suis vraiment heureuse de les avoir rencontrés.
    J’aime beaucoup votre fille qui est travailleuse, perfectionniste et posée. Son jugement est sûr. Je lui suis très reconnaissante de tout ce qui m’arrive et qui arrive aussi aux autres auteurs. Elle est bien entourée.
    Les mamans sont importantes. J’ai perdu la mienne il y a très longtemps en 1980. J’avais 35 ans et je la pleure encore.
    Bon. j’espere que ces quelques confidences ne vous auront pas troublée.
    Je vous souhaite une bonne nuit.
    Manou

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *