Éclosion

29 Août 2016 | Textes et poèmes

Colère.

Décidément, celle qui m’a peinte ne peut pas se contenter de reproduire simplement ce qu’elle voit. Il faut qu’elle imagine les fleurs à sa manière. Elle semble trouver un malin plaisir à nous déformer, à nous ajouter un nez, des yeux, une bouche. Regardez-moi ! Je pourrais être une jolie pivoine printanière. Eh bien, c’est raté ! Alors, puisqu’elle a trouvé le moyen de transformer mes feuilles en bouche, permettez-moi de pousser un cri de colère, et de dire : c’est assez ! Il faut que tout cela cesse!

Je pense, hélas, qu’elle demeurera sourde à à mes propos. Elle n’en fait qu’à sa tête ! Elle aime la nature, mais s’obstine à en donner une vision très personnelle. J’en suis un nouvel exemple, après celui du coquelicot !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé ?

Faites découvrir cette page !