Fuite

28 Sep 2016 | Textes et poèmes

Un décor maritime sauvage. La mer, les rochers, le soleil. On aimerait y être. Dépaysement total. Nous sommes très loin de la ville et de sa frénésie.

Une route nous mène au bout du monde, à l’extrémité d’un massif rocheux que la mer vient par instants submerger. Une eau dont les flots sont capables de se déchaîner. Ils viennent alors noyer la trouée qui se trouve sous la route elle-même.

Perdus dans la contemplation du paysage, nous avons peine à  imaginer qu’une scène, plus violente encore que celle des vagues qui viennent fouetter le promontoire, s’y est déroulée la veille.

Bob se trouvait sur cette même route, à bord de sa Toyota, exactement au même endroit. Le jour commençait à baisser. Il n’y était pas venu  pour faire du tourisme et rapporter quelques clichés. Il était en fuite. Et sa tête gambergeait. Il avait soudain réalisé que la route n’allait pas plus loin.  C’était un cul-de-sac. Comment avait-il fait pour se retrouver là ? Il avait fui. Fui le danger qu’il sentait omniprésent. Mais de quoi avait-il peur ? De son épouse qui menaçait de détruire sa carrière en révélant ses «  magouilles » ? De son fils, maintenant plus grand et plus musclé, qui lui répétait sans cesse qu’il allait lui « défoncer la  gueule » pour avoir rendu sa mère malheureuse ? De son adjoint qui le faisait chanter et l’obligeait à lui verser chaque semaine une somme d’argent de plus en plus importante ? De lui-même enfin, qui n’avait plus qu’une envie : tous les dessouder ?

C’était la police qu’il fuyait, maintenant qu’il était passé à l’acte. Il s’était fait piéger. Les voitures arrivaient toutes sirènes hurlantes.

Ils ne trouvèrent pas grand-chose. Ils eurent juste le temps d’apercevoir les feux arrière de l’automobile disparaître sous l’eau.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé ?

Faites découvrir cette page !