Troncs d’arbre

4 Déc 2016 | Textes et poèmes

Elle part souvent en randonnée pour observer les troncs d’arbre. Ils la fascinent. L’autre jour, son mari l’a accompagnée.

Au bout d’un moment, ils se sont retrouvés au milieu de platanes dénudés, sur un sol dont l’herbe était à présent tachetée de roux.

— Regarde !  lui a-t-elle dit en lui indiquant un arbre  presque chauve.  On y voit un visage !

Lui s’est mis à chercher.

— Mais ne vois-tu pas les yeux  et leurs gros sourcils ? Les bourrelets du bas font penser à des lèvres. Il y a une petite boursouflure juste au-dessus. C’est le nez !

Il y avait des branches très minces qui partaient des côtés.

— Ne me dis pas que ce sont des poils qui sortent des oreilles !

Elle s’est mise à rire.

Cela lui a rappelé une dame qui lui avait dit un jour qu’elle ne voyait vraiment rien dans ses peintures, celles dans lesquelles elle laisse parler son imaginaire à travers des couleurs.

— Quand vous regardez les nuages, est-ce que vous ne distinguez pas des formes, des visages, des animaux ?

— Non ! Je ne vois jamais rien !

— Alors il est normal que ma peinture ne vous parle pas.

Elles avaient ainsi échangé sur le pouvoir de l’imagination.

— Tiens ! Il y en a un autre ! Ah, non ! Cette fois je vois plutôt un nouveau-né couché, emmailloté comme autrefois. Mais il y a quand même des yeux au-dessus !

— Alors c’est la mère qui veille sur son enfant !

Et c’est  en riant de bon cœur qu’ils ont poursuivi leur promenade.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Vous avez aimé ?

Faites découvrir cette page !